Communiqué du Conseil de l’Archevêché

Le Conseil a travaillé à la préparation de la prochaine AGO des 24 et 25 janvier 2020, laquelle, en plus de ses attributions premières comprenant notamment le renouvellement du Conseil de l’Archevêché, élira également des évêques auxiliaires, en application de la « Gramota » qui a été accordée par le Patriarcat de Moscou le 3 novembre 2019. Cette élection avait constamment été repoussée et finalement empêchée par le Patriarcat de Constantinople. Cette AGO sera suivie d’une AGE le 25 janvier dont l’objet sera la modification des statuts pour les rendre conformes à la nouvelle situation de rattachement canonique telle que décrite dans la « Gramota ».

La Commission des Mandats ayant reçu pour mission de travailler aux convocations qui seront adressées très prochainement aux membres de l’Union Directrice Diocésaine des Associations Orthodoxes Russes en Europe Occidentale, a fait un compte-rendu de ses travaux. Le CA se réjouit d’avoir pu aussi rapidement se remettre au travail pour assurer la continuité de l’Archevêché, et pouvoir se concentrer sur les moyens qui permettront son rayonnement dans les années à venir.

Depuis sa réunion, le CA a également pris connaissance d’un document intitulé « convocation » adressé par Monseigneur Emmanuel de France à l’ensemble des membres de l’Union Directrice Diocésaine pour une AGE qui se tiendrait le 18 janvier 2020 à la métropole grecque, et dont l’objet serait l’élection d’un nouveau Président. Cette « convocation » est nulle et non avenue :

- le Patriarcat de Constantinople n’a aucune légitimité pour vouloir décider du devenir de notre Archevêché. Rappelons qu’il l’avait dissous le 27 novembre 2018. 93% des délégués de notre Union ont voté contre cette dissolution. Et 58% des délégués ont expressément rejeté le lien canonique avec le Patriarcat de Constantinople.

- Monseigneur Emmanuel de France es qualité de locum tenens, n’a pas été valablement désigné au regard des statuts de l’Union Directrice diocésaine ni par le CA, ni par le Patriarcat de Constantinople.

- Il est juridiquement impossible de conditionner le droit de vote à l’AGE d’une association civile au fait de prêter allégeance aux décisions d’une autorité religieuse, à savoir le Saint-synode du Patriarcat de Constantinople. Il est tout aussi impossible de comprendre comment 25 paroisses sur les 85 que compte notre Archevêché au seuil de son AGO pourraient prétendre décider, à l’encontre des 60 autres, de l’avenir de l’Archevêché.

- En tout état de cause, une telle assemblée serait convoquée hors délai, un locum tenens n’ayant statutairement que 4 mois à compter de sa nomination pour organiser l’AGE. Aucune prorogation n’est prévue par les statuts. Monseigneur Emmanuel a été « nommé » lors de la session du Saint Synode de Constantinople des 29 et 30 août 2019 et confirmé par décret patriarcal du 2 septembre 2019. Le 18 janvier, il serait de toute façon trop tard.

Le CA confirme donc qu’aucune AGE ne sera tenue le 18 janvier 2020. Cette date a d’ailleurs été écartée par le conseil en raison de la célébration de la fête de le Théophanie selon le calendrier julien.

Retour haut de page
SPIP